mardi 1 septembre 2009

Ces banques qui n'intéressent pas Sarkozy

Vu la couverture presse suscitée, il ne t'aura pas échappé, cher lecteur, que Toupti 1er venait d'avoiner sévère les banquiers.

Des banquiers qui sont rien que des méchants, qui demandent plein de pognon à l'état mais hop, sitôt renfloués, oublient de renvoyer l'ascenceur, goinfrant leurs traders et leur trésorerie.

Un coup pareil, ça vous déclenche un malaise vagal chez un président qui avait pourtant été assez gentil pour ne rien exiger en retour (à la différence des bosses d'autres gouvernements).

D'une constitution exceptionnelle (n'a-t-il pas 6 cerveaux); Toupti 1er, à peine remis, mais ayant pris le temps de jouer les Spaggiari au Cap Nègre) convoqua les scélèrats afin de les tancer de toute sa hauteur (!). Pétrifiés, les requins promirent (pour la 7ème fois) de s'amender et repartirent hoquetant de terreur (des mauvais esprits assurent qu'ils riaient en fait).

La bonne nouvelle fut triomphalement annoncée à notre joviale populace. Toupti 1er avait encore triomphé, comme il l'avait fait auparavant avec la racaille. Toupti 1er, un roi simple, certes gourmetté et enray-banné mais franc, comme sur le Karachigate, à la différence du scélérat Villepin, machiavélique comploteur à chevelure argentée bientôt rattrapé par la justice et pendu, peut être, à un croc de boucher pour ses méfaits dans l'affaire Clearstream ou il ne faisait rien qu'à vouloir salir le roi.

Mais zut, me suis égaré en cours de billet. Dès que je dis banques, je m'égare, un peu comme Eric Woerth, le type qui imite si bien le maitre Collard de Carpentras avec ses listes de noms.

Le propos était donc sur ces banques qui n'intéressent pas nos dirigeants. En l'occurrence, il s'agit de la Banque Alimentaire. La chute de la Banque Alimentaire n'aurait que peu d'impact sur l'économie, Éric le Boucher et ses comparses ne s'en apercevraient sans doute pas et ne viendraient pas braire à longueur d'ondes leurs analyses faites lues dans les entrailles de chômeurs.

Donc, on s'en fout ? Ben, non, on ne s'en fout pas. Prétendre comme une Lagarde moyenne que "la crise est finie" ne suffit pas, apprendre par contre, que des gens de plus en plus nombreux dépendent d'associations pour se nourrir montre l'ampleur de cette crise.

Pour sauver les spéculateurs et requins divers, instigateurs de cette crise, le gouvernement a fait jouer la solidarité nationale, ne demandant rien à personne et arrosant de milliards d'euros nos alchimistes ratés.

Et là, on apprend que des ces associations, si nécessaires, qui viennent en aide à des gens qui eux, victimes du système, des banksters et des économistes made in Tessier, ne croient absolument pas à cette "fin de crise" ne peuvent boucler leur budget.

Les restos du coeur ont été créés il y a 25 ans, ils devaient être provisoires mais malheureusement sont plus que jamais nécessaires, il en va de même pour les Banques Alimentaires ainsi que de toutes les organisations effectuant ces tâches.

Crise ou pas crise, notre société est riche à crever mais malgré tout, la faim existe toujours en France

21 commentaires:

b.mode a dit…

Eh oui, en Sarkozie, communiquer rime avec niquer... et on va tous se faire mettre !

Lucien a dit…

Bonsoir Rébus,
Excellent ton billet, c'est vrai que les seules banques que Naboléon 1er ne renfloue jamais ce sont les banques alimentaires. On a vu même des ministres se rendre à l'ouverture des restos du coeur pour innaugurer l'ouverture annuelle. Un comble !
Amicalement
Béa et Lucien

dedalus a dit…

bravo !

Fleche a dit…

Félicitations pour la pertinence de ce billet.

Olive a dit…

Eh oui Rébus, les banquiers tremblent !!!
Et moi aussi je le dis, la crise n'est pas fini et loin de là.
J'ai toujours dit honteux que la France donne du pognon à d'autres pays alors qu'en France on a encore des gens qui crèvent la faim.

Pat59 a dit…

Bonjour Rébus,
Et encore, je me demande si les banques (pognon) ne se gavent pas sur les banques alimentaire !
Ton billet est hyper pertinant, en parlant de richesse, sur le blog de Fred lorsqu'il avait parlé du mouvement des agriculteurs et producteurs lorsqu'ils avaient déversés les fruits et légumes devant les grandes surface, j'avais émis l'idée qu'au lieu de jeter la nourriture ils feraient mieux de la donner aux oeuvres carritatives comme les resto's du coeur et d'en faire un évènement médiatique, ce qui rendrait leur mouvement populaire en plus mais non, c'est mieux de jeter !
La guillotine est trop douce pour Sarko, son gouvernement, ses potes, le MEDEF, les banques...
Amitiés
Pat

des pas perdus a dit…

Quel mauvais esprit !

Je crois que ton lien sur la banque alimentaire est hs...

Eric citoyen a dit…

Bravo ... dans le mille !

Bésitos

Yan a dit…

En effet, les banques alimentaires et autres restos du coeur ont du mal.
Bah, comme dirait Sarc... la Fripouille, il y a les ultradiscounts avec produits dépassés. Tout est bon, même la misère pour faire du blé! :(

rébus a dit…

Pas Perdus, lien rectifié, merci de me l'avoir signalé

B.mode, c'est un slogan de Séguéla ?

Lucien, ben oui, c'est people les Restos du Coeur, suffit de voir les pseudos chanteurs charitables et les officiels se pressant devant les caméras, souvent les mêmes que ceux qui flinguent la protection sociale et sabrent les aides diverses.

Dédalus, Flèche, Eric , on fait ce qu'on peut mais le sujet permet le coup de gueule, c'est sûr

Pat, à te lire, on croirait que nous sommes gouvernés par des maffieux, ah, ben, c'est pas faux finalement.

Olive, la crise est loin d'être finie mais il est inutile d'opposer l'aide internationale française, dérisoire et en baisse, à la solidarité nationale.

Yan, j'avais oublié ce truc des produits périmés mais "consommables"

rébus a dit…

Billet repris par Bêtapolitique ce matin, et mis en ligne sur le Post également

Sixtine a dit…

Bonjour, Olive !
Merci de ton passage et de ton petit mot sympa...
Je viens te lire mais je ne laisse pas souvent un commentaire... du fait que tes nombreux lecteurs disent tout haut ce que je pense tout bas ! Amicalement.

Un ami qui vous veut du bien a dit…

C'est un vrai régal de lire ta prose quand elle tape aussi juste et aussi bien que ça sur ce qui cloche dans l'hexagone.

Bravo l'ami !

La république du peuple a dit…

Non mais Rébus ...tu avais des doutes sur la nature profonde de ce président ? ...Ex maire de Neuilly et amis des riches ? ..Admirateur du modéle américain ?

:-)

MostWanted a dit…

Excellent Rébus !

Dans le canard enchainé il y'avait une bulle avec la parution de ce mercredi qui montrait deux banquiers :

Banquier 1 : "Sarko nous a mis un savon"
Banquier 2 : "Et alors ?!"
Banquier 1 : "Alors rien !"

Alfred a dit…

"...les officiels se pressant devant les caméras, souvent les mêmes que ceux qui flinguent la protection sociale et sabrent les aides diverses..."

Ben oui, l'idéal serait qu'au Franchouillistan la Sécurité sociale soit remplacée par le Téléthon, les hopitaux par les pélerinages à Lourdes, l'Education Nationale par les écoles de l'Eglise de Scientologie, les caisses de retraites par le Loto...

Aliciabx a dit…

Très rigolo, le billet, j'adore

kalei a dit…

Le plus difficile n'est pas d'en parler, tu le fais très bien, non, le plus difficile c'est de lutter, rien n'avancera tant que l'unité ne se construira pas... Dur de lutter
Kaléi

Rébus a dit…

Kalei, dur de lutter, mais l'unité doit elle se faire à tous prix.

Alicia, merci, c'est ce que j'ai essayé de faire, rendre le truc un peu plus drôle

Alfred, malheureux, tu vas donner des idées à certains

Salut Most, et merci à toi pour le com

La Fleur, tu crois que j'avais des doutes, (mode Bachelot), ah bon ?

Un ami...là, je suis flatté, alors si c'est un régal, ne te prive pas et merci.

Ben alors, Sixtine, tu confonds les blogs ?

La fleur a dit…

Beh , non Rébus, je ne le crois pas ..:-)

putain, j'ai bien mis un, même 3 ( ??? ) .. c'est évident que ces banques là, c'est pas son probléme ..j'ai rien voulu dire d'autre... faut pas se leurrer avec lui ..

juste un clin d'oeil au second degré , pour rire .

rah .. toi alors ! tu m'en fous une ! :-(

Rébus a dit…

Pas de souci, La Fleur, j'avais saisi.