dimanche 6 septembre 2009

Lancement imminent de nouvelles saloperies

Je sais bien qu'on est dimanche, et la tradition voudrait que le dimanche, la tête un peu en vrac, on se contente de récupérer de son samedi (peut être même de son vendredi) et surtout faire le vide après une semaine de boulot (ou de galère pour les personnes, de plus en plus nombreuses, ne travaillent pas).

Enfin, se reposer le dimanche, n'est déjà plus tout à fait assuré, conformément aux voeux de Toupti 1er, le gars qui veut que Michelle Obama (entres autres) puisse magasiner (expression québecoise) à n'importe quel moment.

Comme on l'apprend chez Pas Perdus, la remise en cause du travail dominical ne suffit pas à certains patrons. la chaine de supermarché Match tente de passer outre le principe de la journée de repos hebdomadaire.

Pour l'instant, le TGI de Lille a rappelé à l'ordre les dirigeants du groupe, rappelklant que, eh, oh, faut pas pousser quand même.

Ne reste plus qu'à quelques UMpistes de choc, façon Dassault, fabricant d'avions ne vivant que de subventions de l'État, éternel pourfendeur de la faignasserie des français (selon lui), des charges qui y en a trop mmme Chabot, ou l'infatigable troll et même pas sous ministre Frédéric Lefebvre, à s'engouffrer dans la brêche, et à prendre parti pour ces braves dirigeants d'usines à caddies, victimes de la soviétisation outrancière de notre système.


Après ça; on pourra organiser une visite bidonnée, façon Chatel, ou, plus récemment Sarko chez Faurecia, interview à la clé d'employés et clients (ou prétendus tels), ravis, forcément ravis, de toutes ces belles initiatives qui démolissent le droit du travail au seul profit du Medef.

Au rayon joyeusetés à venir, l'augmentation du forfait hospitalier se profilerait, une augmentation non négligeable, grimpette de 16 à 20 euros, ainsi qu'une nouvelle baisse des remboursements de certains médicaments. Les médocs concernés seraient ceux à "prescription facultative", déjà peu remboursés (35 %) et qui chuteraient à 15 %.

Bien évidemment, tout ceci n'est fait que pour combler les "déficits" de la sécu, énième plan (piste pour l'instant) en ce sens, et ne frappant toujours que les mêmes cibles. Normalement, on ne dit pas cibles, on dit assurés sociaux, mais au vu des cartons réalisés régulèreme,t , le terme cible s'impose.

Qui a dit "je serai le président du pouvoir d'achat" et prétend, alignant taxes après taxes, ne pas être là pour augmenter les impôts déjà ?

7 commentaires:

Gaël a dit…

sous vos applaudissements nous aurait sussuré le grand Jacques Martin (il n'avait pas mis un pain à notre Trés Grand Homme à une certaine époque d'ailleurs ?)

des pas perdus a dit…

Comme tu disais, on ne s'étonne plus... Attention danger !

Rébus a dit…

Gael, dans le titre initial, il y avait, effectivement des applaudissements et , oui, je crois que, incroyable mais vrai, Martin avait tarté Toupti.

Pas perdus, c'est l'histoire de la grenouille dont on chauffe progressivement l'eau du bocal

Fleche a dit…

On est tellement saturé d'information ou plus exactement de désinformation, que les réactions ne se font plus.
Mais augmenter le forfait hospitalier alors que l'Etat communique abondamment sur la grippe A, n'est peut-être pas ce que le gouvernement Sarkozy a fait de mieux pour lui sous ce mandat.

Kamizole a dit…

Cette fois ce n'est même plus la colère dont je ne suis pourtant guère avare mais de la rage ! Hélas, impuissante...

Combien de temps le peuple acceptera-t-il de se faire pouilleder pour remplir les caisses de l'Etat que Sarko vide par tombereaux dans les fouilles des amis, copains et coquins, multimilliardaires du COUAC/40 ?

A force de les exonérer de cotisations sociales - ce n'est pas par hasard qu'ils utilisent plutôt le terme de "charges" - que, contrairement au principe, ils ne compensent nullement, il n'est guère étonnant que les caisses de la Sécu soient vides.

A midi, j'ai dit à mon amie Clio venue déjeuner et qui avait apporté le JDD qui en traite, que bientôt comme dans beaucoup de pays africains il nous faudrait apporter la bouffe et les médicaments à l'hôpital... Je prends les paris ?

Rébus a dit…

Flèche, je suis quasi sur que la communication autour de l'augmentation du forfait hospitalier relèvera du strict minimum

Kamizole, pour ta proposition de pari, j' ai peur que tu n'aies raison. Pour la rage impuissante, je partage ton sentiment, quant à savoir si le peuple est anesthésié, apathique ou trop occupé à tenter de ne pas sombrer, j'avoue, je ne sais pas

Olive a dit…

La nouvelle reforme de la sécu, sent la privatisation, et une nouvelle augmentation des mutuelles