dimanche 28 mars 2010

L'échec du No Sarkozy Day

le No Sarkozy Day a donc été une plantade, les 300 000 ou plus inscrits sur le groupe Facebook s'y référant ne se sont pas transformés en autant de manifestants, pas plus semble-t-il qu'ils n'ont entrainés d'adhésion dans leur entourage.

Les communicants UMP pourront en faire des gorges chaudes, une source de bonnes blagues pour les jours à venir (et pour le coup, ils auront raison, c'est de bonne guerre).

Pourtant, ils auraient tort ces possibles futurs rigolards de se croire renforcés dans leurs prérogatives et d'opposer un "pays réel" qui les apprécieraient à une poignée d'antisarkozystes primaires réfugiés sur le net.

La mobilisation par les blogs et les réseaux sociaux ne s'est pas transformé en mobilisation sur le terrain, le "militantisme virtuel" ne se concrétise pas forcément dans le réel, mais il n'y a pas forcément de déconnection entre les deux (comme certains risquent de l'affirmer un peu vite).

Considérons que nous sortons d'élections désastreuses pour l'UMP, suivies d'un mouvement de grève assez réussi, dès lors, le No Sarkozy Day perdait de sa pertinence (si jamais il en eût une).

Mais c'était un premier jet, organisé rapidement (bravo à ceux, comme Dédalus qui se sont démenés) et relativement peu médiatisé, peut être y aura-t-il d'autres tentatives ou peut être n'est ce pas la bonne méthode.

Après tout, peut être une étincelle, dont on ne peut prévoir la provenance débouchera-t-elle sur une mouvement de contestation de grande ampleur (un peu comme des augmentations abusives de tarifs genre gaz +9.7).

Le No Sarkozy Day n'a pas eu lieu ce 27 mars, mais Sarkozy n'est pas pour pour autant renforcé, il n'est qu'un chef ubuesque régnant sur une poignée d'obligés.

Quelques fâcheux (jeunes pops, UMPistes divers, éditorialistes toujours du côté du manche) voyaient en ce NSD manqué une insulte à la démocratie, se référant aux 53% obtenus par leur Guide. Certes, il a été élu, en 2007, à la majorité, selon les règles électorales, cela n'empêche en aucune façon de se mobiliser contre l'action d'un président et de son gouvernement qui prouvent chaque jour leur incapacité à gérer ce pays ; du reste, les 53% ont bien fondu, non ?

L'argument suprême enchaîné aussitôt pour discréditer est celui de l'antisarkozysme primaire. Soit, je ne parle qu'en mon nom sur le coup, mais je revendique cet anti sarkozysme primaire.

18 commentaires:

Echo des talonnettes a dit…

On ne peut pas compter avec plus que quelques 1500 personnes pour un manif de ce genre. Les 53% étaient anonymes !!!

babelouest a dit…

L'Internet des blogs, cela ne représente pas beaucoup de lecteurs. Compte tenu du nombre de ceux qui ne peuvent pas venir (il y en a toujours), et de ceux qui répugnent à se montrer dans les manifestations, on peut dire que c'est un succès. Les "vrais médias" se sont bien appliqués à ne surtout pas en parler avant.

cpolitic a dit…

Plantade? Non demi-échec!
On aurait pu être 500 ou moins ;-)
Allez un peu d'optimisme. On fera mieux le 8 mai.

Bafie contre les Vents PIres.... a dit…

Facebook n'est pas non plus un repaire d'activistes notoires, et le sketch de Jérôme Commandeur en résume assez bien (sans généraliser bien sûr) l'orientation générale.

Le militantisme virtuel ne se concrétise pas encore c'est vrai.... Mais c'est une des voies à explorer et à développer...

IL faut juste un peu de temps et de persévérance.

polluxe a dit…

"un mouvement de contestation de grande ampleur "

Pourquoi faire ? Je préfère que le PS élabore un programme économique sérieux pour 2012. Ils ont 2 ans...

Aliciabx a dit…

Navrée de vous apprendre que les prochains rassemblements auront lieu le 08 mai.
Vraiment désolée...

Val a dit…

Enfin, Aliciabx, Rébus ne fait que constater le peu de succès de la manifestation. Nulle part il ne se réjouit de cet échec. ;) (voir l'article du 27 mars 3 h 41)

Echec somme toute relatif, je pense. Il est toujours dur de mobiliser, ça ne veut pas forcément dire que les gens ne se rendent pas compte que nous allons droit dans le mur.
En espérant que le message passera mieux le 8 mai.

Cordialement,

Val.

Aliciabx a dit…

Je ne m'adressais pas à Rébus mais aux précédents commentateurs...

Pat59 a dit…

Je suis comme Rébus, désolé de ce peu de participation.
Dans ma région aussi cela a été un flop, 5 péquins... nous n'avons rien fait et à 15 heures j'étais de retour chez moi avec un sale goût dans la bouche.
Amitiés
Pat

Lucien a dit…

Bonsoir Rébus,
Tu n'es pas le seul à revendiquer cet anti sarkozysme primaire ...
Quant au NSD, on attendait un cri, on a eu un murmure, mais comme je l'écris dans mon billet, le murmure de la source devient un jour bruit assourdissant de la vague. Les éditorialistes de tout poil devraient en tenir compte.
Amitiés
Béa et Lucien

MostWanted a dit…

Je te trouve bien gentil mon Rébus... :-) Bonne soirée.

http://mostwanted.over-blog.net/article-no-sarkozy-day-analyse-mostwanted-47524213.html

timbur a dit…

Par chez nous, nous étions 25...Et deux chiens.

Et c'était sympa.
On est toujours mieux à 25 à rigoler sous la flotte qu'à 4 ou 5 à écumer les plateaux télé pour rabâcher que "les français soutiennent les ré-ré-réformes", avec l'assurance chancelante de ceux qui sont obligés de répéter les choses pour s'en convaincre.

Le fait est que ça commence à flipper sérieusement chez les caïds de droite, dont l'arrogance bouffonne commence à montrer ses limites politiques.
Ils commencent individuellement à craindre l'hypothèse que leurs petits privilèges puissent n'en avoir que pour deux ans encore.
Et comme la remise en question n'est pas le fort de ces gens-là, il paraît qu'ils commencent à brûler l'icône de celui qu'ils adoraient jusque-là tel un produit politique de la providence, et auquel ils attribuaient jusque-là sans peine une infaillibilité toute papale.
Bref, le "No Sarkozy Day" n'est pas mort, il continue : ça se passe en ce moment même, et ça se passe à l'UMP !
Je sais pas vous mais moi, je m'éclate en ce moment...

segolin a dit…

Rebus ,moi j'ai joué le jeu! j'ai
fait 200 km pour aller avec Jef
(pensées d'un vieux con)à ce fameux
" no sarkozy day " mais dans le fin fond de l'Ardeche et avec le
temps c'etait pas evident!
Je crois plutôt à d'autre formes de
manifestations! s'engager à gauche
adherer à un syndicat ,parler sur
les marchés ,denoncer ses mensonges
s'exprimer à la radio ,ecrire aux
journaux ,bloguez ,Twittez ,face-
bookez!!!!
moi sur mon blog je parodie des
chansons à mon echelle!
Amitiés Don Marco segolin

Le rocrocodile a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Le rocrocodile a dit…

Je suis la réflexion de Babelouest, les journalistes se sont bien gardés de relayer cette idée.
Tant qu'il y aura cette confrontation journalistes/blogueurs, jamais nous ne serons relayés !Moi j' y suis allée à Toulouse, et effectivement bof...

Les politiciens ne se sont pas donnés la peine de bouger leur cul, ce qui prouve juste une chose, c'est que, mis à part les élections, ils en ont rien à battre des minorités qui se battent dans l'ombre.

C'est une erreur fondamentale des politiciens et du Parti Socialiste et du PC et NPA de ne pas avoir rallié ce phénomène.

Mais le français est aveugle, il n'a pas encore ouvert les yeux.
Je vais bien rigoler avec la débâcle du PS en 2012 !
Quand on n'est pas capable d'éveiller les petits feux sur le terrain, on est incapable de grandeur par la suite...

On en reparlera dans deux ans, promesse tenue !

danielle a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Fred de Roux a dit…

D'aucuns ont prétendu qu'il s'agissait d'un flop monumental, mais comme les médias n'ont pas voulu couvrir l'événement (certains journaux n'ont même pas pondu un entrefilet sur le sujet, pas digne d'eux sans doute et rien qu'un épiphénomène de quelques aigris...), c'est très grossier de parler d'échec. Ce n'était qu'un début et pour une première, c'est déjà pas mal. Cela prouve qu'il faut s'y prendre plus en amont, différemment, rameuter des cohortes de journalistes et surtout d'artistes (ils étaient quelques uns à avoir donné leur caution au mouvement). Sans battage médiatique, pas de vrai succès (ne pas oublier que nous sommes à l'ère de la communication...). Mais pas d'échec non plus. Et puis, il y a un début à tout et il faut s'habituer aux nouvelles idées ou formes de manifestations.

des pas perdus a dit…

J'étais en congés du côté de Caen ce jour-là. Je ne savais pas où était le rassemblement. Bon, vers 15 heures un défilé...

C'était les militants de l'association ou d'un collectif Ni pauvre ni soumis (NPNS)... http://www.nipauvrenisoumis.org/

Première fois que je voyais un défilé de personnes handicapés. Très impressionnant. Très revendicatif. Très digne.

Je me suis dit à ce moment-là que c'était couillon que les deux aient lieu en même temps, parce que forcément dans l'espace réel et dans l'espace médiatique il y avait de fait concurrence entre les deux manifs, qui avaient à mon avis quelques points de convergence.

Et puis, à titre perso, j'aurais bien aimé, dans la faible mesure de mes moyens de blogueurs, donner autant pour la manif de NPNS.